L'art de se prendre la tête en 4

Publié le par Supermeuh

... et de couper les cheveux en douze. En oubliant tout sens commun.

Des fois que la Nature aurait besoin qu'on intervienne.

A se demander comment l'être humain a fait pour arriver jusqu'à aujourd'hui en l'état - ou en état, au choix.

 

Lu chez Grandir Autrement : une maman subit les assauts de son entourage (et de la crèche, du pédiatre, de la voisine, à n'en pas douter), parce qu'elle a l'outrecuidance de vouloir mettre des couches lavables à son bébé.

Or donc, voilà qu'on se met en tête de lui prouver par a+b que les couches lavables, c'est nocif pour le développement de son bébé, qu'il ne pourra pas apprendre à marcher, qu'il aura les jambes arquées, les pieds déformés, etc, etc.

La rate qui se dilate, le foie qui va pas, peut-être aussi, nan?

 

C'est beau, de vouloir faire passer pour des certitudes scientifiques des élément qui elèvent purement et simplement des croyances personnelles et autres superstitions.

 

Quand on pense aux siècles d'emmaillotage, aux harnachements divers et variés que l'humanité a pu inventé au fil du temps immémorial pour éloigner l'Homme de son état d'animal bipède, je rigole...

La couche jetable a quoi, 35 ans d'existence?

 

Les bébés langés étaient donc tous difformes?

 

Je ne sais pas comment les gens imaginent les ocuches lavables, mais c'est du TISSU, tout de même, voire même de l'éponge épaisse. De là à empêcher le corps humain de se développer harmonieusement et l'enfant de se metre debout, puis de marcher sur deux belles gambettes bien dodues et musclées, il y a de la marge!

 

La maman qui doit faire face à ces inepties s'est mise en recherche d'informations ou d'études qui corroboreraient ces dires sur la nocivité des couches... Limite c'est à elle de faire la preuve de l'inocuité d'une telle pratique étrange, les couches lavables.

Bon, perso, c'est à ceux qui tiennent de tels discours risibles que je demanderais d'appuyer leurs discours sur des éléments scientifiques, mais bon.

Et si juste on faisait preuve d'un peu de BON SENS??

 

 

Dans le style aberrant, discussion avec une jeune maman à la séance d'escalade de mon grand (vous saurez tout), jeune maman pas très ouverte (doux euphémisme) d'une petite fille de 18 mois (peu ou prou) :

Elle: - Ah, demain, c'est "réunion propreté" à la crèche !!

Moi: - hon hon, c'est quoi "réunion propreté"?

Elle : - Bah c'est pour apprendre à passer de la couche au pot! (avec la gestuelle) ( genre je suis débile ou quoi?)

 

bah oui, suis-je bête! Dire que j'ai "seulement" cinq enfants à mon actif, comment pourrais-je comprendre ce concept étrange de "propreté" du petit enfant?

 

Moi: - Ohlala, ben elle a bien le temps, ta fille, ça viendra! (Oui, je sais, c'est pô bien de faire ce genre de remarques, mais j'ai pas pu m'empêcher, c'est sorti tout seul, et en plus, ça m'a fiat du bien! manquerait plus qu'elle découvre qu'un "autremonde est possible":-))

 

Nan mais franchement, de quoi ils se mêlent à la crèche??! C'est l'heure, il y a un âge réglementaire pour apprendr eà être "propre"? Et sinon quoi? On vous fiche comme futur délinquant en puissance?

Depuis quand c'est à la crèche de décider quand l'enfant doit être propre? depuis quand c'est une question de "niveau de classe d'âge"?

C'est bon, à 18 mois, il FAUT commencer l'apprentissage au pot??

 

Merdalors, et c'est la cas de le dire!

Mes mômes à moi ont toujours refusé le pot, ils ont décidé QUAND ils étaient prêts à se passer des couches - que moi-même personnellement JE avais choisi de leur mettre plutôt que de pratiquer l'hygiène naturelle infantile depuis leur naissanc epour leur éviter de macérer des heures duarant dans leur urines ou leurs fèces -, et COMMENT, c'est-à-dire en s'installant sur les toilettes des grands avec un réducteur, par exemple, ou bien juste en jouréne, puis avec la sieste, puis...

Et il aurait fait beau voir que ce soit la nounou (ou la halte-garderie où Jean a fait un court séjour de deux semaines aux environs de 18 mois) qui décide de qui que quoi dont où comment mes enfants allaient acquérir la maîtrise des toilettes.

 

Lissandre a 19 mois et quelques brouettes. Il est super moteur, se débrouille comme un chef pour des tas de choses, et semble à l'heure actuelle bien plus passionné par le langage que par le fait de se débarrasser de ses couches (lavables, en plus, rrhhooo). Et alors quoi?? Il finira bien par "être propre", par ne plus porter de couches, parce qu'au cas où ça aurait échappé à certains, c'est pas non plus le top, c'est pas forcément hyper-confortable, top moumoute, d'avoir des couches au cul et de devoir se soumettre au rituel du change plusieurs fois dans la journée, le cul à l'air devant les autres membres de la famille - voire des étrangers, c'est selon les familles-, la lingette plus ou moins froide et / ou piquante, etc.

Essayez donc pour voir!! Bonjour l'intimité!!

 

Et de nombreux bambins manifestent tout à fait clairement ce désamour total pour les moments de change, crient, râlent, se tortillent, y mettent toute la (mauvaise) volonté du monde, parce qu'ils ont horreur de ça!

Alors pas d'inquiétude, oui, franchement, tout comme l'enfant fait ses dents, apprend à marcher, à parler, il va apprendre à aller aux toilettes plutôt que de se souiller ad vitam aeternam, sauf situation pathologiqque avérée...

 

C'est effrayant, parfois, de constater à quel point les gens ne SE font pas confiance - leur bon sens, à leur ressenti -, et ne font pas confiance au développement psycho-moteur normal de leur enfant.

Ils se croient toujours obligés d'intervenir, ou bien on les convains "qu'il le faut".

 

Sinon quoi?

 

Pour enfoncer le clou, et parce que c'était vraiment trop jouissif de bousculer un peu beaucoup le petit monde établi et les principes "un peu" psycho-rigides de la jeune maman en question qui voulait me donner des leçons sur l'art d'être maman (faut pas déconner, quand-même, juste moi;-)), j'ai pas pu résister.

Lorsqu'lle m'a servi que je pouvais me reposer en jouréne quand tous mes enfants étaient à la crèche ou à l'école, j'ai précisé avec un plisir à peine dissimulé que non, mes enfants ne vont pas à l'école (sauf mon grand, c'est vrai, c'est son choix), ils sont à la maison H24...

Raaaahhhh, grand, très grand moment de Joie (un peu) surfaite quand j'ai vu la p'tite dame tomber la face, le regard trouble, la bouche bée.

Oui, je sais, c'est vraiment pô bien de faire sa malinge comme ça. Mais putaing, ça fait du bien!

Publié dans dans l'étable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Tu as dû l'achever avec ça :-))<br /> Quant à la "réunion propreté" ... c'est effarant de se dire que la transmission de ces savoirs/savoir-faire autour du jeune enfant, ne se fait plus dans les familles, et surtout entre femmes,<br /> donc.<br /> Une réunion propreté, .. hében, tu m'apprends un truc, là c'est moi qui ne m'en remets pas...<br /> J'étais nulle en bébé, mais mon gamin est allé poter quand il a eu envie, le bouzin était à dispo, je savais même pas qu'il fallait imposer une date pouff pouff :-)
Répondre